Voyagez léger, réduisez votre empreinte carbone et explorez votre destination avec respect

Voyager en citoyen du monde

Le tourisme durable ne se limite pas à votre empreinte carbone
8 lecture en minutes
imprimer l’article
8 lecture en minutes
imprimer l’article

Le « tourisme durable » est une expression à la mode ces temps-ci. Après les restrictions de voyages imposées par la pandémie, il n’est pas étonnant que nous soyons de plus en plus nombreux à mettre aussi la durabilité dans nos valises. Un sondage mené en 2022 par Booking.com a montré que 76 pour cent d’entre nous accordent de l’importance à la durabilité dans les voyages.

L’Organisation mondiale du tourisme, une institution spécialisée des Nations Unies, soutient que le tourisme durable « est un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil ».

Autrement dit, voyager en citoyen du monde signifie emporter peu de bagages, réduire son empreinte carbone et explorer une destination tout en respectant et en soutenant sa population, sa culture et son environnement.

Selon le Conseil mondial du tourisme durable, l’objectif n’est pas seulement de réduire les impacts négatifs des voyages, mais de contribuer réellement à des résultats allant de la création d’emplois à la préservation du patrimoine.

Beaucoup de voyageurs accordent la priorité à l’environnement. Certains pratiquent l’écotourisme, qui consiste à découvrir et à apprendre à connaître les régions naturelles. « C’est une approche gratifiante en soi qui peut faire partie d’une prise de conscience pour réfléchir plus intensément au monde qui vous entoure », indique Adam Weaver, professeur d’hospitalité, de tourisme et de sport au Niagara College, en Ontario.

L’écotourisme est aussi axé sur les voyages ayant une approche éthique. Maple Leaf Adventures de Victoria, en Colombie-Britannique, qui organise des expéditions le long de la côte ouest du Canada, limite le nombre de ses voyageurs, ne construit aucune structure et ne laisse rien derrière dans les régions naturelles visitées. L’entreprise fournit des emplois qualifiés à la population locale, a conclu des accords protocolaires avec les Premières Nations de la côte et approvisionne ses navires dans les ports locaux.

Les préoccupations environnementales peuvent influencer d’autres décisions en matière de voyages, comme rester plus près de chez soi, prendre le train au lieu de conduire, ou choisir des hébergements ayant des pratiques écologiques exemplaires. Peu importe le voyage, vous pouvez acheter des compensations des émissions de carbone pour réduire les émissions de gaz à effet de serre associées. Plusieurs organisations et transporteurs aériens proposent un tel service.

Choisir un voyage écologique ou avoir conscience de l’impact du transport jusqu’à votre destination est important, tout comme les autres décisions prises au moment de planifier vos vacances.

« Le voyage durable est sous-jacent au concept de consommation éthique », souligne Karla Boluk, professeure associée au département des études en loisirs et récréologie de l’Université de Waterloo. « Chaque fois que nous dépensons de l’argent pour la nourriture, l’hébergement ou les activités, il existe des choix responsables et éthiques », ajoute-t-elle.

En voyage, il est tentant de rechercher des magasins ou des restaurants familiers, mais pourquoi alors quitter sa ville si c’est pour avoir l’impression de s’y retrouver? Les voyages sont l’occasion de visiter de nouveaux endroits et de faire de nouvelles expériences, alors faites vos achats et dînez dans des magasins et des restaurants locaux. Lorsque vous réservez vos vacances, demandez à votre agent de voyage si l’hôtel qui vous intéresse forme et emploie des personnes locales, offre des conditions de travail décentes et verse des salaires équitables, s’approvisionne localement et investit dans la communauté. Recherchez également les certifications de durabilité délivrées par des tiers. Et utilisez votre bon sens pour repérer les prétentions qui ne sont que du marketing.

« Les gens doivent savoir si l’entreprise qui s’occupe de leur réservation est favorablement impliquée dans la région où elle opère, ou s’il s’agit simplement d’une tactique de vente », explique Kevin Smith, propriétaire de Maple Leaf Adventures.

Le tourisme devrait élargir vos horizons, et non écraser la culture de l’autre. Pensez aussi à la durabilité socioculturelle. Certains développements touristiques de masse ont délaissé la culture locale, ou l’ont absorbée pour traiter les coutumes/rituels/lieux comme des divertissements présentés dans un parc d’attractions. Lors d’un voyage plus durable, les entreprises impliquées dans la culture sont soit majoritairement possédées/exploitées par des membres de cette communauté, ou travaillent en étroite collaboration avec ces communautés pour créer des expériences culturelles authentiques.

Maple Leaf Adventuresʼ 138-foot catamaran Cascadia; Top Right: Ancient monumental poles on Haida Gwaii, on B.C.ʼs northern coast; Bottom Right: guests examine a map on the bridge of the Cascadia.
À gauche : Le Cascadia, un catamaran de 42 mètres (138 pieds) de Maple Leaf Adventures; en haut à droite : anciens totems à Haida Gwaii, sur la côte nord de la Colombie-Britannique; en bas à droite : des passagers examinent une carte sur le pont du Cascadia

Voici une autre façon de concevoir vos voyages : que prenez-vous et que laissez-vous derrière? Keith Henry, directeur général de l’Association touristique autochtone du   Canada, espère que les voyageurs repartiront en ayant acquis un apprentissage et une compréhension tout en laissant une incidence positive nette.

« Dépensez-vous de l’argent pour des expériences appartenant à des autochtones ou à un organisateur de voyages? Prenez-vous de la région d’une manière qui crée des pressions ailleurs? Nous voulons aussi équilibrer les demandes des visiteurs avec la durabilité culturelle et communautaire, ce qui représente un équilibre délicat », explique M. Henry.

Mis à part les événements et activités au programme, vous pouvez aussi faire l’expérience de l’appréciation culturelle en entrant simplement en contact avec les résidents, plutôt que d’entretenir deux solitudes. Cela s’avère plus difficile à faire lorsque les voyageurs choisissent les « enclaves touristiques », où tout se passe dans un milieu distinct de celui où vit la population locale environnante.

« Le tourisme est fondé sur la nature et la culture. Si vous diminuez ou détruisez l’une ou l’autre de ces composantes, vous n’avez pas de produit », explique Daniel Scott, professeur au département de géographie et de gestion de l’environnement de l’Université de Waterloo.

« En considérant le voyage durable dans son contexte le plus large, il est facile de voir comment des choix apparemment mineurs peuvent avoir un impact positif », affirme Richard Butler, un universitaire et chercheur à la retraite qui s’est concentré sur le tourisme, la gestion des ressources et la conservation et qui est maintenant basé à Prince Rupert, en Colombie-Britannique.

« Pas besoin d’être parfait, mais simplement un peu meilleur. Nous avons intégré le concept selon lequel les vacances sont l’occasion de s’échapper de la réalité. Mais si on en fait trop, on échappe au bon sens », remarque M. Butler, co-auteur du livre Are We There Yet? Traveling More Responsibly with Your Children et qui a contribué à deux douzaines d’autres livres sur les voyages.

Collectivement, nous avons des milliards de possibilités de faire une différence. Selon l’Organisation mondiale du tourisme, le nombre de touristes internationaux par année dans le monde s’élevait à 1,5 milliard avant la pandémie. Les voyages intérieurs ajoutent des milliards de touristes de plus. Les voyages et le tourisme génèrent un peu plus de 10 pour cent du PIB mondial.

« C’est le plus imposant transfert volontaire de richesse dans le monde », indique M. Scott.

Nos décisions et nos actions cumulatives en matière de déplacements représentent aussi un transfert d’impacts. Nous vivons dans un vaste monde. Les voyages nous rapprochent. Ceci peut rendre ce monde plus résilient, ou au contraire, plus fragile. Le tourisme durable peut atténuer les pressions sur l’environnement (naturel et bâti), améliorer les perspectives économiques des communautés et des populations locales, honorer leur patrimoine et les aider à se protéger.

« Pensez-y de cette façon, explique M. Weaver : nos propres communautés font partie des projets de voyage de quelqu’un d’autre. Dans un monde globalement connecté, les origines sont des destinations et les destinations sont aussi des origines. »

« Prenons l’exemple de Banff, en Alberta, ajoute M. Scott. C’est une destination aussi précieuse que le Machu Picchu au Pérou. Nous ne voudrions pas que le tourisme nuise aux économies, aux lacs ou au patrimoine culturel de notre propre pays, n’est-ce pas? Alors, pourquoi accepter que cela se produise ailleurs? »

Le tourisme durable peut laisser une empreinte indélébile sur vous et les lieux que vous visitez, aujourd’hui comme demain. C’est toujours un voyage qui en vaut la peine.

more from the author
Photo d’un homme âgé faisant de l’exercice et avec une serviette autour du cou
Illustration conceptuelle d’une personne gonflant un ballon en forme de cœur
Illustration d’une femme assise, entourée de tous les éléments qui composent sa vie spirituelle
Photo d’un homme âgé guidant ses amis sur un sentier lors d’une randonnée en vélo de montagne
more articles de fond
Photo d’un homme âgé faisant de l’exercice et avec une serviette autour du cou
Photo d’un skieur heureux regardant l’appareil photo
Illustration d’une pizza et d’une pomme se battant à l’épée

Écrivez-nous!

Vos commentaires sont les bienvenus. La longueur des lettres peut être modifiée pour plus de clarté, à la discrétion de la rédaction.