Leçons de vie apprises à la retraite

Retraiteé panouie : pas seulement une question d’argent
12 lecture en minutes
imprimer l’article
12 lecture en minutes
imprimer l’article

Vous voulez profiter au maximum de votre retraite, n’est-ce pas? Être heureux, en santé et—sans êtreriche—vivre au moins confortablement, en ayant le temps de faire ce qui vous plaîtet de pouvoir en profiter.

Mais entre prendre sa retraite (ou songer à la prendre) et réaliser ses projets, il y a loin de lacoupe aux lèvres. Comment allez-vous réagir quand les obligations quotidiennes n’existeront plus? Quand les levers à la hâte, les dîners avec les collègues et la satisfaction du travail accompli deviendront chose du passé?

« Beaucoup de gens mettent l’accent sur l’aspect financier de la retraite», explique CindyBrcko, une travailleuse sociale œuvrant avec une clientèle plus âgée. « Plusieurs de mes clientss’inquiètent pour leurs finances à la retraite, mais ils auraient dû mieux se préparer sur le planémotionnel à ce changement important. » Dans les faits, réinventer votre vie (qui vous serez etce que vous ferez) pourrait bien être l’aspect le plus important de votre programme à la retraite.

« N’essayez pas de compenser votre ancienne vie par un surcroît d’activités, conseille Linda Skeries (District 17 Simcoe County). Je n’avais pas réalisé à quel point cette trépidation accaparait ma vie et ma disponibilité, jusqu’à ce que la pandémie me cloue à la maison. »Linda et son mari ont amorcé leur retraite en déménageant de Timmins, en Ontario, à Collingwood, plus au sud. L’effervescence de Linda est née de ses efforts délibérés pour tisserdes liens dans sa nouvelle communauté.

« Lorsque vous êtes retraitée et que vous déménagez dans une nouvelle ville, il faut faire des efforts pour aller vers les autres et lier de nouvelles amitiés, dit-elle. Je savais que ce serait plus difficile. Il m’a fallu environ un an pour commencer à me faire des amis que je pouvais appeler pour une sortie impromptue. »

Linda s’est fait des contacts en poursuivant l’une de ses passions de toujours : la musique. Elle s’est jointe à un groupe musical pour éventuellement en assurer la direction. Elle chante aussi dans des chorales, a commencé à faire du bénévolat et a adhéré au groupe social local PROBUS pour les retraités. Très vite, sa vie s’est mise à déborder d’activités.

Avec le recul, elle constate que c’était bien d’être aussi occupée à l’époque. Elle conseille cependant de bien réfléchir à ce que l’on veut faire, au type d’activités et au temps à y consacrer, puis de s’y tenir. « Autrement, toutes ces occupations peuvent finir par accaparer tout votre temps, comme ce fut le cas pour moi », avoue-t-elle.

«Vous êtes tellement programmé à suivre une routine de travail que tout ce nouveau temps libre semble étrange », témoigne Lise Gravelle (District 43 Nipissing). Elle conseille cependant de ne pas trop s’impliquer au cours de la première année.

« Apprenezplutôt à vous détendre, à être spontané et à vous retrouver. »Lise a pris sa retraite comme directrice d’école après avoir passé de nombreuses années dans le même établissement. « J’ai eu l’impression de perdre ma famille scolaire, explique-t-elle. Je me morfondais à la maison. Je faisais du vélo et de la moto, mais je me sentais perdue. Dans mon cas, ce fut une période d’ajustement très difficile. »

Mais très vite, des opportunités ont commencé à surgir. Lise a d’abord découvert un groupe d’artisanat. « Je fais de la couture, du tricot, du crochet, alors je me suis dit que je pouvais me lancer. »

De nouvelles amies du groupe d’artisanat lui ont fait découvrir un atelier local de tissage. Lisa Gravelle avait toujours voulu essayer cette technique. Elle adonc acheté un métier à tisser portable et s’est inscrite à des cours. Elle s’est également jointe à un groupe local de Club Action 50+ pour jouer du ukulélé. (Elle avait appris toute seule en utilisant des tutoriels sur YouTube.) Avec l’arrivée de la pandémie, elle a continué à pratiquer ses loisirs et a pu s’inscrire à des programmes en ligne.

« C’est étonnant de découvrir autant de nouvelles possibilités dont on ne soupçonnait même pas l’existence, dit-elle. Ce n’est pas égoïste de se réserver cette première année juste pour soi. Après tout, c’est ce à quoi on aspirait. »

Au moment de la retraite, il n’est pas rare de se sentir un peu perdu. « Notre travail et les rôles que nous assumons font partie de notre identité, indique Mme Brcko. Mais quand tout cela prend fin, il n’est pas rare de se demander qui l’on est vraiment. J’encourage les personnes récemment retraitées à se donner du temps pour s’ajuster et s’adapter. Il est important que les gens soient patients et compatissants envers eux-mêmes. Un changement de vie majeur comme la retraite peut s’avérer déstabilisant, mais une fois la nouvelle routine établie, les choses se placent. »

« Votre travail ne définit pas entièrement qui vous êtes, indique Carla Matos (District 37 Oxford). Vous ne perdrez pas votre identité, mais vous allez plutôt l’élargir. La retraite offre des possibilités de découverte personnelle. »

Carla avait longuement réfléchi à sa retraite et elle se souvient d’avoir été appréhensive. « Même si différentes personnes vous disent que la retraite est formidable, c’est vraiment l’inconnu, explique-t-elle. Qui suis-je sans l’encadrement du travail? Une fois à la retraite, j’ai réalisé que je n’avais rien à craindre—et que c’est super. Il a été beaucoup plus facile de porter mon chapeau d’enseignante retraitée que je ne l’aurais cru. »

Mais d’abord, Carla a dû surmonter ses sentiments d’échec et d’inadaptation. La dernière année de sa longue et gratifiante carrière fut très stressante. De nombreux élèves dans la classe de Carla avaient besoin d’un soutien supplémentaire qui n’était pas disponible. « Mon incapacité à créer l’environnement d’apprentissage sécuritaire que je voulais pour mes élèves me causait chaque jour du stress, raconte-t-elle. J’ai d’abord dû faire face à ces sentiments. »

Carla a donc pris la décision de ne pas se définir par sa dernière année de travail. Elle s’est souvenue de ce qu’elle avait accompli pendant sa carrière, notamment en ayant créé des expériences formidables en classe et en ayant occupé divers rôles au sein du conseil scolaire central pour lequel elle avait donné descours et rédigé des articles. Elle a également lu les livres de Brené Brown, une chercheuse sur la vulnérabilité et la honte, et de Kristin Neff, spécialiste de l’autocompassion. La propre fille de Carla, Carly-Ann, travailleuse sociale, lui a suggéré des ressources et l’a également épaulée pour la rassurer quant à la retraite.

Carla a appris qu’elle pouvait faire les choses qu’elle a toujours voulu faire. « Je suis meilleure à prendre le temps de pratiquer la pleine conscience et à prendre soin de ma santé physique et mentale, confie-t-elle. Je m’assure de faire mes 30 minutes d’exercice chaque jour. C’est acceptable que je devienne maintenant ma priorité numéro un. Ça a vraiment été une très grande découverte pour moi. »

Le comment et le pourquoi de votre retraite peuvent avoir un impact sur votre expérience, estime Mme Brcko. Si vous venez de quitter le monde du travail, la pandémie peut avoir créé un sentiment de perte ambiguë, ou une perte dont vous n’avez pas pu faire le deuil. « Normalement, il y aurait eu un repas d’adieu ou une petite fête, poursuit-elle. Mais maintenant, c’est juste, “Au revoir”. Il est difficile de ne pas définir toute sa carrière enfunction de cette dernière expérience. »

Que vous preniez votre retraite selon vos propres termes ou non peut aussi influencer vos émotions. Il arrive que les gens acceptent mal l’idée de devoir quitter leur emploi pour assumer des tâches de proche aidant. Ou encore, ils peuvent être poussés vers la porte, avec toute la frustration et la colère que cela entraîne.

Mme Brcko suggère de se concentrer sur les aspects positifs. « J’ai toujours cru que lorsqu’une porte se ferme, une autre s’ouvre.Chaque départ comporte aussi sa part de croissance. »

Peu importent les circonstances dans lesquelles elle survient, la retraite offre un point positif : plus de temps disponible. « J’ai du temps pour moi et pour respecter les priorités que j’ai toujours voulu honorer, dit Carla. Et ça, c’est formidable. »

Quelques paroles de sagesse de membres de RTOERO qui sont passés par là

Appréciez le fait que votre temps vous appartient maintenant. Profitez des choses que vous pouvez faire. Vous avez mérité ce style de vie plus paisible.
Diane Mausser (District 27 Ottawa-Carleton)

Prenez de six mois à un an pour décider de ce que vous voulez faire. Ne foncez pas tête baissée dans la nouveauté–comme le bénévolat, les voyages, l’écriture ou les cours–avant d’avoir eu le temps de réfléchir.
Pam Baker (District 50 Atlantic)

Ayez un plan. Faites ce que vous avez toujours voulu faire, sans jamais avoir eu le temps. Adoptez un nouveau passe-temps ou reprenez-en un ancien.
Annette Lindsay (District 8 London, Middlesex)

Prenez le temps de trouver votre rythme et d’établir une nouvelle routine. Sortez, passez du temps dans la nature et investissez dans les soins personnels, comme le yoga ou la méditation.
Karen Armstrong (District 29 Lanark)

Assurez-vous d’être vraiment prêt à prendre votre retraite. Autrement, vous pourriez regretter d’avoir raté deux ou trois années supplémentaires de travail productif et gratifiant.
Duane McDonald (District 16 City of Toronto)

Trouvez une activité bénévole gratifiante pour vous et les autres, surtout si vous décidez de déménager et devez nouer de nouvelles amitiés.
Marg Gillies (District 1 Rainy River)

La vie est courte. Si vous voyez une opportunité intéressante, saisissez-la.
Jan Haskings-Winner (District 24 Scarborough and East York)

Voyagez dans la région de vos origines. Trouvez-vous un passe-temps. Sortez et profitez de la nature.
Carolyn Romanin (District 14 Niagara)

Quand demander plus de soutien

La travailleuse sociale Cindy Brcko explique que les sentiments éprouvés pendant la période de transition vers la retraite peuvent aller de l’excitation au soulagement, en passant par la tristesse et l’angoisse, qui sont toutes des réactions normales.

Il n’existe pas de mauvais moment pour consulter un thérapeute. Mais lorsque les sentiments négatifs interfèrent avec la vie quotidienne et persistent pendant deux semaines ou plus, il est particulièrement important de demander de l’aide.

Les services d’un travailleur social et d’un psychologue sont remboursés par le régime Frais médicaux complémentaires de RTOERO. Demandez à votre médecin de famille de vous recommander quelqu’un, ou cherchez en ligne une personne qui travaille avec des aînés. Vous n’avez pas à limiter votre rechercheà votre région : bien que son bureau soit à Toronto, Mme Brcko travaille en ligne avec des clients de partout en Ontario depuis le début de la pandémie.

Vous pouvez en apprendre davantage sur sa pratique à abctransitions.ca.

Des outils pour le bien-être

Fountain of Health, un organisme canadien à but non lucratif créé par le département de psychiatrie de l’Université Dalhousie, favorise le bien-être en utilisant les principes de la psychiatrie positive et de la thérapie cognitivo-comportementale. Le site Web de l’organisme (fountainofhealth.ca) et l’application gratuite Wellness App (wellnessapp.ca) offrent des informations fondées sur des données probantes concernant l’impact de nos perspectives et de notre mode de vie sur notre santé et notre bien-être, dans cinq domaines clés liés au vieillissement en santé : l’activité sociale, l’activité physique,la stimulation du cerveau, la prise en charge de la santé mentale et la pensée positive.

Trois étapes clés sont recommandées pour vous aider à profiter au maximum de votre retraite et peuvent être exécutées sur l’application Wellness.

1re étape : Évaluez-vous. Réfléchissez à votre attitude, à vos valeurs et à votre mode de vie actuels dans les domaines clés d’un vieillissement en santé (social, physique, cognitif, mental etperspectives).

2e étape : Déterminez votre ou vos objectif(s). Ciblez un ou plusieurs objectifs à court ou à long terme, ainsi que des avantages et des obstacles éventuels à la réussite. Assurez-vous qu’il s’agit d’objectifs SMART – spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et temporels – pour favoriser votre réussite.

3e étape : Suivez vos progrès. Créez un réseau de soutien et trouvez les façons de suivre vos progrès. Vous pouvez utiliser l’application Fountain of Health pour vous aider à créer un plan, que vous songiez à la retraite ou que vous y soyiez déjà.

Apprenez-en plus sur l’approche Fountain of Health

La Dre Keri-Leigh Cassidy, fondatrice de Fountain of Health, participera à un prochain webinaire Voix vibrantes de RTOERO (en anglais seulement) : Paths to Wellness for Older Persons: Mind, Body, Spirit (Les voiesdu bien-être pour les aînés : le corps, l’âme et l’esprit)-le 3 nov. 2021. Pour infos et inscription : vibrantvoices.ca.

PLANIFIEZ un avenir réjouissant
Téléchargez le livre électronique de RTOERO sur la planification sociale, un guide complet sur la façon de préparer une retraite sur mesure. Il est disponible à la page des Ressources du site Web de RTOERO, rtoero.ca/fr/ressources.

more from the author
Illustration conceptuelle d’une personne qui auto-examine ses douleurs et ses problèmes de santé
Portrait d’une femme âgée et enjouée se relaxant à l’extérieur
Photo d’un homme noir âgé explorant la nature
Je ne l’ai pas vu venir
more articles de fond
Photo d’un gobelet en papier relié à une ficelle jaune sur fond rose. Concept de communication
Illustration d’une femme assise, entourée de tous les éléments qui composent sa vie spirituelle
Illustration conceptuelle d’un jardin zen qui est aussi une table tournante

Écrivez-nous!

Vos commentaires sont les bienvenus. La longueur des lettres peut être modifiée pour plus de clarté, à la discrétion de la rédaction.