Aider la mémoire et l’apprentissage

Des suppléments pour la matière grise
6 MINUTE READ
imprimer l’article
6 MINUTE READ
imprimer l’article

Certaines mises en garde s’imposentlors de la recherche de suppléments alimentaires pour la santé du cerveau : les études sur le sujet sont généralement sommaires, la pureté des suppléments en vente libre est discutable et une bonne partie des bénéfices pour la santé peut être éliminée par notre organisme. De plus, certains patients, y compris ceux qui prennent des médicaments, ne devraient pas consommer de suppléments de toute façon.

Cependant, de plus en plus d’études indiquent que les suppléments alimentaires jouent un rôle dans la santé du cerveau. Voici quelques-unes des données probantes les plus reconnues jusqu’ici : sachez qu’il ne s’agit pas des seules options — d’autres suppléments, comme les vitamines B, peuvent également favoriser le bien-être de notre cerveau.

Curcumine
Des études démontrent que les personnes qui consomment des mets au curry ont une prévalence plus faible de maladie d’Alzheimer, la forme la plus courante de démence. La curcumine, qui est la principale composante de la plante de curcuma, fait partie intégrante de nombreuses versions indiennes traditionnelles de ce plat.

Une étude récente sur les bienfaits de la curcumine pour le cerveau a été menée auprès de 40 sujets âgés de 51 à 84 ans qui ne présentaient aucun signe de déclin cognitif avancé. Les participants ont été répartis au hasard et ont reçu deux fois par jour pendant 18 mois soit un supplément de 90 milligrammes de curcumine, soit un placebo. Les chercheurs ont constaté que les sujets ayant reçu de la curcumine ont obtenu des résultats nettement supérieurs dans certains tests cognitifs, notamment dans ceux portant sur l’attention et la mémoire, et que leur humeur s’était améliorée.

L’effet de la curcumine était « puissant », indique l’auteur de l’étude, le Dr Gary Small, un expert sur les façons de ralentir le vieillissement du cerveau. Le Dr Small est également chef du service de psychiatrie du Hackensack University Medical Center dans le New Jersey, et co-auteur de l’ouvrage 2 Weeks to A Younger Brain. Le groupe traité et le groupe placebo ont commencé à montrer des différences dans les tests cognitifs dès le sixième mois de l’étude. « Je dirige des études depuis plusieurs décennies, et ce n’est pas souvent que j’obtiens des résultats aussi prometteurs », déclare le Dr Smart.

La curcumine utilisée dans son étude était une formulation biodisponible appelée Theracurmin; elle passe effectivement dans le sang, contrairement à beaucoup de suppléments qui sont excrétés par les reins. Le Dr Small croit que la curcumine améliore les capacités du cerveau en réduisant l’inflammation, en inhibant l’accumulation des signes caractéristiques de la maladie d’Alzheimer (comme l’amyloïde et la protéine tau), et en agissant comme un antioxydant. « Si vous cherchez des mécanismes, elle remplit toutes les conditions », ajoute-t-il.

Vitamine D
Des données probantes établissent un lien entre un faible taux de vitamine D dans le sang et le déclin cognitif. Des études démontrent aussi que des niveaux optimaux de vitamine D peuvent avoir un effet protecteur contre la maladie d’Alzheimer.

Dans une étude, des chercheurs chinois ont réparti au hasard 210 personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce. Les participants ont reçu soit 800 unités internationales (UI) de vitamine D, soit un placebo, tous les jours pendant 12 mois.

Les chercheurs ont constaté que le supplément de vitamine D améliorait diverses mesures de la fonction cognitive et qu’il avait un impact positif sur les biomarqueurs de la maladie d’Alzheimer, comme la bêta-amyloïde. Ils estiment que celle-ci peut protéger le cerveau en réduisant l’inflammation et en ayant un impact positif sur la croissance cellulaire, la fonction immunitaire et le métabolisme du glucose.

Acides gras oméga-3
Des recherches suggèrent qu’un supplément d’acides gras oméga-3 pourrait être en mesure de prévenir la démence, mais peut-être seulement dans certaines populations. Les personnes porteuses du gène APOE sont particulièrement vulnérables à la maladie d’Alzheimer si leur taux d’oméga-3 dans le sang chute sous un certain niveau. Les scientifiques se demandent donc si une supplémentation pourrait contribuer à réduire leur risque.

Les comprimés ne sont pas la seule façon d’obtenir davantage de ces acides gras importants. Consommer des aliments riches en oméga-3, comme les poissons gras (saumon sauvage, maquereau, thon germon et sardines), peut également améliorer la santé
du cerveau.

Flavanols de cacao
Les données probantes suggèrent que les flavanols, des nutriments riches en antioxydants présents dans les baies, le raisin, les pommes, le thé et le cacao, protègent du vieillissement cognitif. Mais pourquoi et comment? Ce n’était pas clair jusqu’à présent.

Une étude récente menée sur des hommes en bonne santé a démontré que la consommation d’une boisson riche en flavanols de cacao améliorait les performances cognitives en stimulant les niveaux d’oxygénation du cerveau. Cette augmentation semble se manifester par de meilleures performances dans des tâches cognitives plus complexes, mais pas dans celles plus faciles. On ignore cependant si ces améliorations seraient observées chez les adultes plus âgés et en moins bonne santé, et quelle serait la durée des avantages cérébrovasculaires ou cognitifs.

Extrait de café
Un extrait du fruit du caféier semble stimuler les fonctions cérébrales. Une étude a examiné l’impact de divers extraits alimentaires sur le facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF), une protéine essentielle à l’apprentissage, à la mémoire et aux processus de pensée supérieure. Des groupes de sujets sains à jeun ont consommé une dose unique de 100 milligrammes de chaque extrait. Alors que les extraits de café vert et de pépins de raisin ont fait augmenter les niveaux de BDNF dans le sang d’environ 31 pour cent peu après leur ingestion, le concentré du fruit de caféier les a accrus de 143 pour cent.

Neuriva, un produit qui comprend de l’extrait du fruit du caféier, contient également de la phosphatidylsérine. Selon le Dr Small, ce composé comprend un élément des membranes cellulaires du cerveau et peut améliorer la mémoire, l’apprentissage et la concentration.

more from the author
Illustration d’un groupe de personnes faisant de l’exercice dans une piscine
Femme couchée dans un lit
Photo of a man sitting in a chair by a window holding a mobile device.
Illustration d’un médecin montant des escaliers avec une lampe de poche dans un cerveau pour découvrir les parties du cerveau
more bien vivre
Illustration d’un groupe de personnes faisant de l’exercice dans une piscine
Illustration d’un groupe de personnes jouant à la pétanque, une activité semblable au jeu de boules

Écrivez-nous!

Vos commentaires sont les bienvenus. La longueur des lettres peut être modifiée pour plus de clarté, à la discrétion de la rédaction.